En suivant les Spahis… par Bernard Jusserand – Section 14-18

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Cas François dit :

    Je vous propose mon avis concernant l’évocation des deux Daguins solos en fin d’article.
    Je rappelle que les timbres à date montés sur la machine, forment un triangle aux dimensions suivantes: centre à centre des tàd 28mm centre à centre tàd – piston 35mm et que les très nombreuses observations confirment que le diamètre des pistons varient entre 10 et 12mm, nous savons aussi que les tàd de cette époque (depuis 1904) ont un diamètre de 27mm, donc, techniquement, l’écart bord à bord du tàd et la marque extérieure d’un piston, devrait être de + ou – 15mm, à savoir:
    35mm – 13,5mm (demi tàd) – 6mm (demi piston) = 15.5mm.

    Revenons à la lettre montrée dans l’article qui porte deux marques de piston
    -une attachée au tàd du SP600 avec un écart de 15mm
    -l’autre attachée au tàd de Taza avec un écart de 21mm , ce qui est beaucoup trop , relativement aux explications ci dessus
    conclusion: le SP600 est bien un daguin solo (et on en connait d’autres);par contre ,à Taza l’oblitération est manuelle.Alors comment explique t on cette deuxième marque?
    par le fait que le préposé met le courrier en vrac sur la table de travail de la machine et oblitère à la volée de façon désordonnée, de telle sorte que le cachet et le piston ne portent pas forcément
    sur la même lettre à oblitérer , mais à cheval sur deux lettres.
    c’est le cas ici; le piston qu’on aurait voulu , ou souhaiter , dépendre de Taza , appartient à la machine du SP600 dont les lettres , ou du moins “une” , n’a pas la preuve d’avoir été oblitérée par une machine Daguin.
    En espérant que ces explications valorisent mon avis
    Cordialement
    François Cas

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.