Compte-rendu de la réunion marcophile d’Alissas (Ardèche)

Pour la seconde réunion de l’année, le groupe de marcophiles ardéchois fort d’une vingtaine de membres s’est retrouvé à Alissas le 18 novembre 2018, une réunion organisée par Édouard Leveugle. En introduction, plusieurs pistes de travail ont été évoqués et pourraient servir de support à de futures réunions : la poste ferroviaire en Ardèche, la poste en Ardèche durant la révolution, la tarification des lettres avant 1792 ou encore la présentation de l’histoire postale d’une commune.

Le premier exposé de Gilbert Douron intitulé « géographie postale et usages liés au service rural et local à partir du 1er avril 1830 » s’est appuyé sur une question : « tentons de nous situer en 1830 sur le plan postal ? ». Des éléments de géographie postale liés à la grande réforme ont été présentés, ainsi que les évolutions considérables apportées et le maintien de dispositions antérieures apportant un peu de confusion notamment sur le tarif local. La communication a successivement abordé les grandes nouveautés avec l’apparition du décime rural, des timbres C.L. et C.D. mis en service, le tout est présenté au travers d’une cartographie très riche de certains arrondissements ruraux notamment ceux de Tournon et d’Annonay, agrémenté de nombreuses lettres et documents postaux de l’Ardèche. Un point majeur a retenu l’attention, expression jusque-là non retenue par les « puristes », c’est celui de zone de desserte qui apporte un éclairage nouveau à beaucoup d’hésitations voire d’approximations.

Dans un deuxième exposé, Jean-Pierre Roux qui aborde deux thèmes relatifs aux formations militaires et sanitaires en Ardèche pendant la Seconde Guerre mondiale. Est ainsi évoquée l’organisation de la Poste aux Armées de septembre 1939 à juin 1940 avec le cachet « Privas centralisateur ». Des cachets de dépôts d’infanterie, de détachements d’infanterie, de dépôts d’artillerie sont projetées tout comme d’autres timbres à date illustrant également la période d’occupation après la démobilisation de l’armée française et l’instauration de l’État français et la mise en place des nouveaux services de triste mémoire comme la Légion et la milice.
Certaines pièces très intéressantes de la compagnie féminine de l’Ardèche ont été présentées, ainsi que les concessions de franchise militaire accordées aux FFI à compter de la fin de l’année 1944. Jean-Pierre Roux a terminé sa présentation par la projection de documents postaux sur les hôpitaux complémentaires d’Annonay, d’Aubenas, de Privas et de Viviers beaucoup plus rares et difficiles à trouver compte tenu de la durée très courte des hostilités.

Alain Tarbouriech évoque ensuite un sujet peu connu concernant les timbres de retraites ouvrières et paysannes, service mis en place en 1910 par le ministre Léon Bourgeois qui crée le principe et l’obligation de la protection des travailleurs du secteur privé non protégés par les autres systèmes existants. Ce dispositif va fonctionner jusque dans les années trente au travers de cartes annuelles sur lesquelles des timbres spéciaux de cotisations sociales sont à coller, timbres imprimés spécialement et vendus par la Poste et les débits de tabac. Plusieurs illustrations, dont certaines de l’Ardèche illustrent le propos.

Louis Charbon comme précédemment avec le bureau de Thueyts, développe l’histoire particulière du bureau de poste de Chomérac, crée sous l’ancien régime en septembre 1784, fermé curieusement sans raison connue vers 1797-1799 qui redevient bureau de Direction le 1er janvier 1838. Quelques lettres sont présentées et projetées pour illustrer ces différentes périodes.

Enfin Jean-François Roux et Louis Charbon font le point sur les contributions apportées par les uns et les autres et qui ont permis de faire progresser les tableaux de relèves :
– Actualisation des données de l’Ardèche
– Recueil des boîtes rurales
– Recueil des boîtes mobiles avec T22 et T15 et ovales BM

La prochaine réunion est à fixer un samedi au printemps 2019.

Compte-rendu initial transmis par Louis Charbon.
Mis en forme par Laurent Albaret pour le site de l’Union Marcophile.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *