Transports et communications au fil du temps

Article extrait de L’Impartial du 24 janvier 2019.

Une découverte pour les élèves du collège Malraux. Transports et communications au fil du temps

« À l’époque de l’omniprésence de la tablette, il convient de diversifier les supports pédagogiques pour capter l’attention des adolescents », nous dit M. Lionel Ferriere, professeur d’histoire-géographie. Ainsi, les jeux de société à contexte historique s’avèrent efficaces pour acquérir des connaissances. D’autres actions amenant les élèves en ville sont en préparation, mais nous aurons l’occasion d’y revenir.

L’initiative du vendredi 18 janvier, prise en commun avec sa collègue Mme Colençon, concernait une approche de l’Histoire de France, essentiellement à partir de l’évolution au fil des siècles de la transmission de l’information : les Postes, que nous avons connues sous le sigle PTT.

Une conférence illustrée

Le spécialiste invité, M. Douron est un ancien enseignant romanais de SVT qui se passionne depuis une quarantaine d’années au travers d’associations, de groupes de recherches et publications, pour l’histoire des communications écrites et particulièrement celles des Postes.

Pourquoi disait-on naguère les Postes (au pluriel) ? Existait-il à l’époque romaine un système de transmission de courrier ? (Transport de tablettes.) Etc.

Voilà des questions intéressantes (qui feront l’objet d’un contrôle sous forme de QCM pour les élèves), autour desquelles l’ancien professeur a axé son exposé qui, dans un souci pédagogique, était relayé par une projection sur écran très facile à suivre.

Quelques éléments historiques

Eh bien, oui, il existait à l’époque romaine un service de postes à cheval ou cheval attelé pour le transport des courriers. Lequel a disparu en même temps que l’Empire romain, laissant un vide de 1 000 ans car ce n’est que sous Louis XI que renaît un service qui sert au roi à structurer l’État et assurer son pouvoir absolu. Le premier bureau de poste apparaît à Paris en 1575 ; on n’en compte que quelques-uns en 1721. (Il fallait 15 jours pour relier Paris à Marseille.)  Puis le service a été ouvert au public moyennant le paiement d’une taxe (le timbre apparaît en 1849). On avait ainsi des relais de poste où l’on changeait de monture et deux expressions : la poste aux chevaux et la poste aux lettres, d’où le pluriel. Fin 19e siècle, apparaît le sigle PTT (Postes Télégraphe Téléphone) avec l’invention du téléphone électrique.

Il n’existait pas d’heure nationale avant 1891, chaque région se réglait sur les cadrans solaires et les observations des astronomes. On comptait 45 minutes d’écart entre Nice et Brest. C’est en 1850 que Postes et chemins de fer ont dû s’aligner sur l’heure de Paris.

Des informations passionnantes et pas toujours faciles à retenir pour les élèves de 4e du collège Malraux, mais l’essentiel n’est-il pas l’éveil plutôt que la leçon apprise par cœur ?

Claude Ferrieux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *