Pierre-Georges Latécoère. Correspondances (1918-1928)

PGL couv FB BDBeaucoup a été dit et écrit, à tort ou à raison, sur Pierre-Georges Latécoère. Nombreux sont les ouvrages, les beaux livres et les articles d’érudition ou de vulgarisation abordant l’histoire de sa vie et celle de ses sociétés aéronautiques. En 1993, pour le cinquantième anniversaire de sa disparition, publications et commémorations nationales ont rendu hommage à cet homme remarquable que l’on aurait pu croire dès lors plus proche, plus présent dans la mémoire collective.

L’ingénieur, industriel et avionneur Pierre-Georges Latécoère est une des figures les plus marquantes, peut-être la plus marquante, de l’aventure commerciale aéronautique française de l’entre-deux-guerres. Fondateur des lignes aériennes qui porteront son nom pendant près d’une décennie, Pierre-Georges Latécoère a surtout permis à la France, au-delà des querelles politiques et économiques de la IIIe République, de se revendiquer comme la première nation à posséder une liaison aéropostale, transcontinentale puis intercontinentale, vers l’Afrique et l’Amérique du Sud. L’Histoire générale et la particulière, l’Histoire postale, de ce que l’on appelle communément aujourd’hui « la Ligne » sont bien connues. Des historiens, des passionnés et quelques opportunistes se sont emparés de l’essentiel, puis en ont publié, ou simplement compilé, les grands moments et les anecdotes qui firent de la vie et de l’œuvre de Pierre-Georges Latécoère une geste épique, même si quelques précisions sommeillent, encore enfouies dans les archives. En 2010, le fonds privé de la famille Latécoère, constitué de milliers de documents, de lettres, de télégrammes, de brouillons, de notes et de rapports, rédigés, annotés et expédiés au cœur des intrications politico-historiques de l’époque, été ouvert à Laurent Albaret afin de comprendre les raisons de la création des Lignes Aériennes Latécoère et la nécessité d’un réseau international postal.

La démarche mise en œuvre dans ces pages est résolument celle d’une histoire critique. Elle met en perspective les sources disponibles pour notre connaissance sur Pierre-Georges Latécoère lui-même, tel qu’on le découvre tout entier dans son écriture, ses appréhensions, ses inquiétudes et ses joies, ses décisions et son intérêt pour la « chose postale », mais également au travers de ses avions, puis de ses hydravions et de son projet dans lequel peu de personnes croyaient au sortir de la Première Guerre mondiale. Le choix a été de publier les sources, plus exactement les documents de la main de Pierre-Georges Latécoère, parfois des réponses à ses lettres, mais également les demandes auxquelles il répond lorsque celles-ci apportent à la compréhension du document produit par l’industriel. Un appareil critique replace l’archive dans son contexte historique et introduit chaque année, accompagnant la reproduction et la transcription de certains documents.

Ce livre sur les correspondances de Pierre-Georges Latécoère au temps des lignes aériennes postales veut offrir une image honnête de l’homme et de sa société d’aviation, l’image d’un visionnaire prévoyant dont une des volontés était de mettre en avant le savoir-faire français dans le domaine de l’aviation, du fret postal et du transport de passagers. C’est également un recueil de sources inédites sur Pierre-Georges Latécoère, comme un souvenir commun disponible pour tous.

Ouvrage récompensé par le Prix d’histoire Louis Castex 2014 de l’Académie Française et le Grand Prix d’Académie 2014 de l’Académie des Jeux Floraux, nominé au Prix du Livre du Salon aérospatial 2013 Des étoiles et des ailes de la cité de l’Espace à Toulouse.

Éditions Privat, ouvrage publié avec le soutien de la Fondation La Poste.
722 pages et cahier photos hors-texte, 24,00 € . Disponible auprès de l’auteur franco de port.

 

Laisser un commentaire