Luminescence sur les entiers aérogrammes

luminescence entiersJean Mucheron, Jérôme Clément, La Luminescence sur les entiers aérogrammes, éd. à compte d’auteur, 2014, 152 pages couleur.

En 2001, Jean Mucheron (UM 2763) avait déjà commis un premier ouvrage de belle facture intitulé L’entier aérogramme et ses précurseurs dans le monde, en France – 149 états avaient été étudiés, états émetteurs d’aérogrammes sur les 194 reconnus par l’Union Postale Universelle (UPU). Quatorze ans plus tard, une suite – plus spécialisée – voit le jour, avec pour sujet la « luminescence » sur les aérogrammes. Étudier la luminescence, c’est étudier ces petites marques presque invisibles sur les aérogrammes, impressions à l’encre fluorescente ou phosphorescente uniquement visibles avec une lampe UV. Pour la Poste, ces marques participent à l’acheminement des objets de correspondance et servent essentiellement au redressage du courrier – permettant ainsi le traitement mécanique pour indexation ou oblitération. Pour les collectionneurs, ces marques peu claires restent secondaires, mal comprises et peu étudiés faute de documentation – aucun texte de l’UPU ne les explique selon les auteurs ! Introduisant le sujet par un historique très pédagogique de la luminescence – découverte en 1888 par Gustav Heinrich Wiedemann – et son utilisation postale dans le redressage du courrier, les auteurs recentrent rapidement leurs propos sur les entiers postaux, simples et de poste aérienne, précurseurs des aérogrammes, puis sur les aérogrammes eux-mêmes. Dès 1962, le premier aérogramme « luminescent » est ainsi émis par le Danemark. Dans l’histoire de la poste aérienne, on ne connaît que 19 pays qui ont utilisé cette luminescence, dont un tiers avant 1970, date à laquelle on rencontre de plus en plus de timbres « luminescents ». Après 1970, l’utilisation de cette technique se généralise sur les aérogrammes, dans les États où la technologie de l’impression est la plus avancée. Étonnamment, la France n’a quant à elle jamais émis un aérogramme avec des traces de luminescence.

Bien que très spécialisée, cette étude permet de présenter avec une grande clarté – et ce malgré l’austérité du sujet – un historique des émissions par tableau récapitulatif, une approche des types et dimensions des marques de luminescences rencontrées sur les aérogrammes, mais également la diffusion de la luminescence sur les émissions d’aérogrammes sur les pays concernés. L’analyse, complétée par de nombreuses reproductions en couleurs, porte au final sur l’étude des émissions d’aérogrammes de 121 pays. Les auteurs complètent leurs recherches par des émissions d’aérogrammes « confidentiels », comme les aérogrammes au régime intérieur, les Air-Letters, les aérogrammes avec fonds de sûreté luminescents, les aérogrammes de service, en port payé ou encore militaires.

Minutieux travail de recherche et d’inventaire, ce collationnement réalisé par Jean Mucheron et Jérôme Clément mérite le respect des aérophilatélistes qui trouveront des informations certes particulières, mais ô combien utiles pour comprendre l’utilisation et l’acheminement des aérogrammes dans le monde entier. Un ouvrage qui complète de belle manière la précédente édition de 2001.

Laurent Albaret

Pour acquérir l’ouvrage auprès de l’auteur : Jean Mucheron, 440 Chemine de Peyrigoux – 30140 Bagard.

Laisser un commentaire